Turning on local news, walking down the streets of Dakar, I am reminded of what our lives look like because of a lack of imagination.  I often see the desperate state of affairs – the environmental catastrophe, the lack of meaningful infrastructure and then as if in response the frenzy of unregulated building. Walking through these spaces, it is hard to see this city, this country otherwise.  

But if I am like a child, literally powered by imagination and play – I have the resources to believe and see differently.

Think of a not quite two year old, not yet steady on her feet, believing she can walk.  Willing herself to put one foot in front of another to not only walk but also run before her legs are ready.

Play works on the idea that believing is seeing. Children believe in an idea (I am a footballer, or a monster, or a singer or artist) and they bend the world, if only momentarily, to fit this belief. The magic of their imagination muscle develops in them a capacity to make what they believe become their reality.  Believing literally can be how they see the world.

This is why playing is so important for children in general, but African children in particular. Developing this self esteem, self confidence and resilience are certainly qualities necessary for this brave new future.  Now add problem solving (‘how do I get down the stairs? Aha.. I know… sitting!’), creative thinking, hypothesizing, testing and we can imagine and believe in an Africa led by scientists, artists and mathematicians.  

Play develops and builds not only these skills and capacities of children, but also prepares them to be better leaders in adulthood.  Imagine us all with the superpower of that not quite two year old.

What would you see?

Croire c’est voir

Allant sur les nouvelles locales, marchant dans les rues de Dakar, je me rappelle de ce que nos vies ressemblent à cause d’un manque d’imagination. Je vois souvent l’état désespéré des choses – la catastrophe environnementale, le manque d’infrastructure significative et ensuite comme si en réponse à la frénésie de la construction non réglementée. Marcher à travers ces espaces, il est difficile de voir cette ville, ce pays autrement.

Mais si je suis comme un enfant, littéralement propulsé par l’imagination et le jeu, j’ai les ressources pour croire et voir différemment.

Pensez à un enfant qui a presque deux ans, pas encore debout sur ses pieds, croyant qu’elle peut marcher. Se voulant mettre un pied devant l’autre pour non seulement marcher mais aussi courir avant que ses jambes soient prêtes.

Le jeu fonctionne sur l’idée que croire c’est voir. Les enfants croient dans une idée (je suis un footballeur, ou un monstre, ou un chanteur ou un artiste) et ils plient le monde, ne serait-ce que momentanément, pour correspondre à cette croyance. La magie de leur imagination développe en eux une capacité à faire de ce qu’ils croient devenir leur réalité. Croire littéralement peut être comme ils voient le monde.

C’est pourquoi le jeu est si important pour les enfants en général, mais les enfants africains en particulier. Développer cette estime de soi, la confiance en soi et la résilience sont certainement des qualités nécessaires pour ce nouvel avenir courageux. Maintenant, ajoutez la résolution de problèmes («comment puis-je descendre les escaliers? Aha .. je sais … assis!»), La pensée créative, l’hypothèse, les tests et nous pouvons imaginer et croire en une Afrique dirigée par des scientifiques, des artistes et des mathématiciens.

Le jeu développe et construit non seulement ces compétences et capacités des enfants, mais les prépare également à devenir de meilleurs leaders à l’âge adulte. Imaginez-nous tous avec la superpuissance de cette petite enfante.

Que verrez-vous?


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *